ensignadou


Libre-disque-nouvèuta
L’Almanach des Provençaux.

Ensignadou

Nòstis emissioun
Prouvèrbi pèr l’ivèr que banejo.

La bono draio

Editouriau :
Lou Groënland

Estage de prouvençau à St-Martin de Crau.

L’Evenimen :
Bòni Fèsto de Nouvè!

Nòsti dòu
Jaume Espelly
Reinié Jalabert.

Li Gènt d’eici.
Óublidés pas Charloun!
Serado d’ivèr.

Noste doursié : la Crau.
Li jasso antico de la Crau.
La Crau aièr, vuei e deman.
Lis escrivan e pouèto qu’an canta la Crau.

Espacejado dóu barrulaire à velò.
A la Font de Vau-Cluso.

La sesoun 2008 de la Bouvino
Setanto an de bouvino

Études comtadines
Azalaïs
Lou Cansounié prouvençau

Alegre!..Alegre!..Calèndo vèn!..

L'estello di set rai e li tradicioun de Nouvè.

La Valèio de la Roia, la Valèio di Santoun.

L’óurigino di dessèr de la taulo calendalo.

Nouvè 18.

Li pampaieto d’aur.

Trin di Pastouralo Prouvençalo.

Li Pastouralo Prouvençalo.

Nouvè trufarèu en Leberoun

Louvis Matiéu Verdilhan

Dis Aup i Pirenèu
Li quatre chato de Givaudan e de Prouvènço

Trin di manifestacioun Prouvençalo.

Libre-disque-nouvèuta
L’Almanach dauphinois pèr 2009
Femna mon amor de Sèrgi Bec
Lou Diciounàri de l’Ariege

 






Li Pastouralo Prouvençalo (I)


En 2007, pèr lou proumié coulàqui sus lou Tiatre d'Oc, en Avignoun, la sesiho se clavè pèr un escàmbi sus lou tèmo : - Quete publi pèr lou Tiatre d'Oc? N'i'a-ti un pèr aca? Coume l'ana culi? Au resson d'aquéli questioun, dóu tèms qu'alestissian lou coulàqui 2008, se sian ramenta qu'en Prouvènço, vuei, i'a un publi, noumbrous, - e se pàu dire, toujour que mai noumbrous - pèr ana au rescontre d'un tiatre en lengo nostro.

S'agis di pastouralo prouvençalo e de la mai couneigudo e toujour la mai jougado : la Pastouralo Maurel. Es aquest tiatre, jouga pèr d'amatour e pèr un publi tras-que poupulàri, que faguè 1'óujèt de nosto coumunicacioun pèr lou coulàqui 2008 e que vous n'en presentan vuei uno sintèsi. L'avejaire de Carle Camproux

Carle Camproux, aquéu mèstre di Letro d'Oc, alarguè à-n-aqueste prepaus soun message dins sa prefàci à-n-un repertàri di pastouralo qu'en 1962, nous baiè Pau Nougier. N'en vaqui quàuqui tros :

- «( .. .) Si je parle aujourd'hui provençal, si j'ai pu écrire quelques poèmes en lengo nostro que l'on veut bien dire estimables, si j'enseigne la langue des troubadours à la Faculté, si j'ai voulu consacrer quelques veillées de travail à recueillir une Histoire de la littérature occitane, c'est à la pastorale des rues Guérin et Belle de Mai, il y a bien longtemps déjà, que je le dois .. .

- «Et si j'ai senti si intimement l'originalité du peuple de chez nous, c'est encore à la pastorale que j'en suis redevable. A elle que je dois cette conviction de pensée que, dans notre monde modeme, il importe au plus haut point pour que je me sente un homme civilisé, de continuer à participer de ce peuple, et par conséquent, de travailler à sauvegarder et à développer sa culture propre ...

- «Je fais un voeu: que tous ceux qui utiliseront ce répertoire prennent la décision, chaque fois qu'ils le pourront, de monter ou de faire monter dans leur quartier, dans leur commune, une pastorale pour toute la durée des fêtes calendales. Même là, surtout là où, malheureusement, notre langue d'oc n'est plus le pain quotidien de nos contemporains. La preuve est faite, que si beaucoup de Marseillais savent encore aimer la vieille langue de chez eux, ils le doivent presque exclusivement à la magie de la pastorale.».

E d'efèt, lou mèstre avié resoun, la lengo nostro eisisto sèmpre e veiren proun que la pastouralo, escoundudo, liuen di media, bèn liuen dis inteleituau parisen emai prouvençau, sèmblo mena vers la lengo nostro un publi toujour que mai noumbrous.

Un publi, segur, noumbrous, osco-seguro, mai pèr queto mostro? La pastouralo, qu'es acà? Quouro avèn entamena nàsti cerco, avèn coustata que tout, o quàsi, èro esta fa pèr ma nt un cercaire que, cadun de soun coustat, avié leva un dis aspèt maje de la pastouralo.

Ourigino de la pastouralo marsiheso

Aguste Brun, dins sis Origines de la pastorale marseillaise (Buletin de l'istitut istouri de Prouvènço, T. 19, Marsiho, 1942, n° 2), a peri l'ipoutèsi que fasié flàri : la que disié la pastouralo sourtido di mistèri medievau.

D'efèt, entre li mistèri de l'Age Mejan e la pastouralo, i'a uno roumpeduro de mai que d'un siècle. Aguste Brun, emplegant li cerco de Petit de Julleville e de Gustàvi Cohen mostro que, demié li mistèri que couneissèn, uno minourita tras-que pichoto es Iigado au Cicle de Nouvè (5 vers Petit de Julleville).

E dins lis obro dóu siècle 15en, la Nativeta noun es tratado qu'à la lèsto dins lis obro que conton la vido touto dóu Crist. Poupé de Draguignan, dins lis archivo coumunalo de Var, sus 80 pèço jougado entre 1400 e 1875 a descubert rèn qu'un sou let titre de Nativeta au Bausset, en 1625.

Pèr lou relarg de Marsiho, Agustin Fabre, dins Les rues de Marseille, T. 3, 1862-1869, noun noto gaire que de vido de sant.

Pèr fin de liga la pastouralo marsiheso i mistèri de l'Age-Me jan, faudrié que i'aguèsse agu une tradicioun de nativeta vengudo d'aquéli mistèri. Mai, pèr Prouvènço, t6uti lis enquèsto e tóuti lis estùdi provon l'absènci d'aquéli nativeta.

Vaqui perqué coustatan l'absènci d'uno tradicioun poussiblo dins un oubrage couneigu de t6uti li saberu coume une soumo di tradicioun marsiheso au siècle 17en, que ié dison plus que Iou Marchetti, dóu noum de soun autour, Explications des usages et coutumes des Marseillais, T. 1, Marseille, 1683, reprint Laffitte, 1980. Pamens, di pajo 196 à 249, se parla rèn que di tradicioun de Nouvè, crècho de glèiso e Nouvè.

Pas rèn dins Li vesprado prouvençalo, 3 voulume, 1786, de Laurèns-Pèire Bérenger; nimai dins li raconte de viage en Prouvènço au siècle 18en; rèn dins la Statistique départementale en jusque l'espelido de la Pastouralo Maurel, pièi, après, d'article à b6udre.

Aguste Brun debano l'istèri semantico dóu mot pastouralo en prouvençau, pèr n'arriba à la memo resulto. Aquéu sustantiéu, adóuta, en Franço, au siècle 17en pèr parla d'un gènre literàri que se i'atrobo de pastre, revèn, de cop que i'a, dins lou meme biais (adounc, sènso liame emé la pastouraiD marsiheso) dins quàuqui diciounàri prouvençau despièi lou 18en. Mai lou mot pastouralo defauto dins lou diciounàri prouvençau de Pelleas (1723) e prouvençau-francés d'Achard (1785-1787). Defauto enca dins lou d'Avril (1839) ... valènt-à-dire tres an avant la creacioun de la Maurel, en 1842. Honnorat, en 1847, escriéu : «pastorale, pièce de théâtre dont les personnages représentent des bergers et des bergères». Mistral, dins soun Tresor, acaba en 1886, es lou bèu proumié pèr nouta à pastouralo  : adouracioun di pastre.

Li nouvè à 1'óurigino de la Pastouralo

Aguste Brun, pièi, à prepaus de 1'óurigino de la pastouralo, esplico que li tèmo di nouvè soun li me me qu'aquéli de la pastouralo : anóuncio dis ange i pastre, messe en camin, coulèito di presènt, rèi mage, adouracioun. E me me pèr li tèmo segound (que, pèr nous-autre, es l'essenciau, ié tournaren), i'a identita emé l'oste atupi, li pastre espanta, lou vilage que s'esviho, li preparatiéu, li mau-parado ... Lou biais, éu tambèn, es lou meme, mescladisso d'un brigoun de pieta emai de forço maliço, restitucioun d'un terraire prouvençau. "

Li nouvè coume la pastouralo fan dins l'anacrounisme - mesclun d'un passat bibli e d'un vilage prouvençau mouderne. Li nouvè, coume la pastouralo, 47 es l'escampo pèr retraire la vido prouvençalo.

Adeja, d'ùni persounage de la pastouralo parèisson dins li nouvè : lou conse, Nourado, tout ço que fai lou Jourdan, la Roustido vo l'Amoulaire. Lou boumian vendrié-ti pas dóu nouvè tant couneigu de Louis Puech (Ais) : Nautre sian tres boumian?

L'especialisto vertadié di nouvè, l'Avignounen Pau Pansier, dins Noël en Avignon, p. 108 n'en vèn à la counclusioun : c'est dans les noëls provençaux qu'il faut chercher l'origine des pastorales; elles y sont contenues à l'état embryonnaire, sous forme narrative ou dialoguée.

Mai es Aguste Brun, bèu proumié, que moustrè coume se faguè lou liame, di nouvè i pastouralo, de-tras li belèn famihau e li santoun.

Despièi sant Francés d'Assiso, que ié déurien la proumiero crècho, au siècle 13en, li crècho de glèiso faguèron flèri. Mai garo! li soulet persounage que se ié vesié èron li dis Evangèli : Jèsu, J6usè, Mario, li pastre e, de cop que i'a, li Mage.

lé venguè à l'idèio, i prèire desservènt, de marca l'episèdi di pastre pèr de cant. Souvènti-cop, es ço que ié dison la pastouralo sacrado qu'a pas rèn de vèire emé la pastouralo prouvençalo marsiheso inagurado pèr la Maurel. Aqui, s'agis rèn que di cant mescla dis ange e di pastre. Se pèu pas dessepara 'questo pastouralo sacrado, eissido de la crècho de glèiso, dóu pastrage coume la poudèn vèire, enca, en Alau vo i Baus. E, lou disèn, qu'es essenciau : s'agis d'uno obro pïouso rèn qu'emé li persounage dis Evangèli.

Es d'un autre biais de crècho, la famihalo, que vèn la Pastouralo Maurel. •

signé Dionis-Delmas



barre de fin de page


 
 

1 187