Changement de vie, suis-je prêt à sauter le pas ?

changer de vie

Serais-je prêt à changer de vie ? A ce conditionnel, je préfère un futur moins … moins … conditionnel !

Changer de vie, ce n’est pas évident !  Bien sûr qu’il faut se sentir prêt ! Voici plusieurs scénarios possibles dans ma tête !

Qu’est ce que je garderais ?

Si je devais changer de vie, bon, je garderais Madame (je suis obligé de l’écrire parce qu’elle va lire ce post, mais je précise que c’est négociable), je garderais les enfants vu que je les ai reconnus (faut dire qu’ils me ressemblent comme deux gouttes d’eau) et donc, ah ben stop, je ne changerais donc que partiellement de vie.

Qu’est ce que je changerais ?

Si changer de vie signifie crouler sous l’argent indignement gagné à l’Euromillion, oui oui, je plaquerais mon boulot sans état d’âme, vu que mon boulot ne me sert qu’à faire rentrer un peu d’argent et le virus de la gastro une fois par an.

Et j’aurais donc un nouveau travail : testeur de jeux vidéos, critique gastronome, agent de voyages , …

Tiens, justement : partir vivre au soleil ? Là où je vis, le soleil ne manque pas. Je me vois mal déménager pour aller vivre à la pluie. Alors je resterais là où j’habite, mais dans une maison équipée de la pièce dont je rêve depuis toujours : un petit salon home cinéma et une gigantesque bibliothèque avec plein de coussins pour s’endormir dedans.

Nous aurions une femme de ménage. Ou même un homme, enfin, quelqu’un ferait le ménage à notre place. Cette même personne changerait les couches de ma fille et calmerait avec diplomatie les colères de mon fils.

J’ouvrirais une salle de jeux, j’achèterais une maison au bord de la mer. Bien sûr, je serais caritatif, aussi !!!

Si je devais changer de vie … Ah, je vous laisse : ma fille a la couche pleine, mon fils fait une colère et Madame me tend l’aspirateur.

A quel âge peut-on partir pour tout recommencer ?

Tout recommencer à 20 ans ou 40 ans ce n’est pas la même chose et les impacts sont bien différents !!!

A 20 ans on peut partir sans vraiment réfléchir et sans vraiment de but précis. La décision de changer de vie est plus facile à prendre.

Quand on a 20 ans, on n’a qu’une envie (enfin surtout les hommes 😉 ) … quitter le cocon familial.
Que ce soit par agacement, ou juste par envie, la majorité développe en nous cette envie de quitter papa maman.
Certes, le nid douillet a bien des avantages mais l’on sait aussi que la vie veut que l’on crée son propre nid douillet.
Seul ou à deux. Découvrir de nouveaux horizons, se sentir libre, ne pas savoir quand revenir. Partir à l’autre bout du monde, aller à l’aventure, partir quelque part où on peut repartir à zéro, dans un pays qui n’était pas le sien, dans un pays dont on ne connait pas la langue, un endroit où on devra s’adapter de A à Z. Arriver dans un endroit et se perdre dans ses paysages. Parler des heures avec des personnes qu’on ne reverra jamais. Rêver d’un monde meilleur ou le mot « problème » n’existe pas … Quitter un travail qui ne nous plaît pas … C’est plus facile quand on est jeune et sans attaches !

Puis un jour, on veut enfin se poser, « re – changer de vie ». Fini les voyages, les colocations, les fêtes à n’en plus finir… Avoir un endroit à soi où on n’a plus besoin de laisser ses affaires dans sa valise. Un endroit où on prendrait ses habitudes et le fait de se « poser » donne des envies de bébé. Une fois le petit être né, on s’assagit et désormais le goût de l’aventure est un peu parti …

Maintenant on pense au confort de ses enfants en premier. Partir pour tout quitter, pour tout recommencer, est beaucoup moins évident car trop risqué quand on a une famille. Enfin de compte pour être heureux il faut vivre près des siens, des gens qui nous aiment malgré tout et qui seront toujours là, quoi qu’il se passe …

Une fois qu’on a créé une famille, les décisions ne nous appartiennent plus. Dorénavant, elles appartiennent à une famille, à un groupe. Tels des dominos, un mouvement de pièce fait basculer toutes les autres.

Changer de travail engendre des conséquences qui vont au-delà de notre bien-être. Déménager remet en cause tout ce que l’on a créé : ce petit nid douillet, où les souvenirs se sont créés au fur et à mesure que l’on grandissait.

Alors on étudie les plus et les moins. On réfléchit, encore, et encore …. trop peut être.

En ce moment, je rêve de changer ma vie (pas ma famille soyons d’accord).
Mais je n’y arrive pas. Manque de gniack peut-être, d’esprit compétitif, de volonté ???
Surtout la peur. Peur de se tromper, d’emmener sa famille dans ce rêve qui peut devenir un cauchemar.

J’admire ces gens qui sont prêts à tout quitter pour satisfaire leur envie et qui surtout y parviennent.
Je n’arrive pas à franchir ce cap pour l’instant. Trop de conséquences pour les autres.
Pourtant l’envie est là … les idées aussi, pleins.

Il faut peut-être juste laisser le temps faire ….

Et vous ? Allez vous changer de vie ? L’avez vous fait ?? A quelle période de votre vie ? N’hésitez pas à partager votre expérience !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *